Caisse d’Assistance aux Chercheurs en Sciences Humaines et Sociales (CAC-SHS)

Message du 18 Dec 2009 16:20 sur le forum national de la science politique (2500 abonnés) , forum géré par l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP)

____________________________________________________

Bonjour,

Les attaques contre des chercheurs en SHS se multiplient ses derniers temps et il n’y a aucune raison pour que cela s’arrête. Force est de constater en outre qu’elles ciblent particulièrement et logiquement ceux qui travaillent sur des objets politiques d’une manière générale et sur les sujets gênants pour les pouvoirs en place en particulier. De ce fait la science politique et plus largement les sciences humaines et sociales touchant au politique sont particulièrement concernées par cette tendance. Il me semble qu’il serait légitime que les trois associations AECSP, AFSP, ANCMSP prennent une initiative publique à ce sujet.

Une solution leur évitant d’avoir à expertiser et à prendre position sur le fond de chaque dossier pourrait être d’initier la création d’une Caisse d’Assistance aux Chercheurs en Sciences Humaines et Sociales (CAC-SHS) sous la forme d’une association loi 1901 réunissant un ensemble d’organisations professionnelles, scientifiques, syndicales acceptant d’adhérer à cette association en payant une cotisation annuelle de plusieurs milliers d’Euros qui alimenterait un budget consacré exclusivement et sous contrôles juridiques appropriés (commissaires aux comptes, avocats, experts…) à la prise en charge des frais de justices des chercheurs de toutes catégories attaqués en justice en raison de publications, dans les supports scientifique ou dans les mass-médias, se rapportant à leurs domaines de spécialité scientifique.

Cette prise en charge juridique n’aurait nul besoin d’impliquer un jugement de la dite CAC-SHS sur le fond de chaque dossier mais seulement d’offrir un service d’assistance judiciaire, de type mutualiste, aux chercheurs et de réduire ainsi la charge à la fois psychologique et financière qui pèse sur chaque personne concernée dans la phase antérieure aux procès. Le règlement de la dite association pourrait inclure un dispositif de partage des frais entre la personne concernée et l’association en cas de condamnation effective.

L’adhésion pourrait être ouverte aux institutions (ex : les universités de SHS, les associations professionnelles, les sociétés savantes, les syndicats de chercheurs, etc…) voir même à toute organisation publique ou privée souhaitant soutenir la démarche (confédérations syndicales, partis politiques, fondations privées, entreprises de presse, etc.) et aux particuliers (avec une cotisation symbolique).

Bien cordialement,

Jérôme Valluy

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :