Opinion Way le sondeur qui sonde à pic

https://i1.wp.com/www.sud-poste-informatique.net/local/cache-vignettes/L770xH79/siteoff0-ce9fb.jpg

Opinion Way le sondeur qui sonde à pic

mercredi 19 septembre 2007

Dans un article récent, le Canard enchaîné épingle les méthodes peu orthodoxes d’ Opinion Way

Nouveau venu sur le marché des instituts de sondages Opinion Way s’est fait connaître au cours de la campagne présidentielle.

C’est eux qui ont sorti le 1er sondage après le débat Sarkozy – Royal. Avantage Sarkozy à 53%

Sarkozy part en vacances sur le yacht de Bolloré : nouveau sondage. Avantage Sarkozy. Rien de choquant pour la majorité des sondés

A la veille d’annoncer son plan antisocial sur les retraites, le code du travail, les franchises médicales, nouveau sondage Opinionway. Avantage Sarkozy.

La presse commanditaire peut titrer : l’état de grâce se poursuit avec 64% d’opinions favorables. Dans le même sondage mais sans faire les grands titres Olivier Besancenot a par exemple 45% d’opinions favorables. La république sondagière produit finalement d’étonnantes singularités !

Opinion Way a comme spécialité les sondages basés sur des panels d’internautes.

Qu’en est-il de ces panels d’internautes

Citons le journal Stratégies en 2001, et l’édifiant interview du directeur d’Opinion Way, Hugues Cazenave :

“Les internautes sont-ils rémunérés pour participer aux enquêtes ?

Hugues Cazenave : En général, oui. Les Français savent que leur avis a une valeur. Proposer un incentive (ces cadeaux, promotions, points de fidélités que nous offrons aux gens en échange de leur participation à nos enquêtes) est devenu incontournable. Mais il convient de suivre quelques règles : choisir l’incentive qui correspond à sa cible (une bouteille de vin séduira plus les hommes que les femmes), savoir le doser en valeur (un cadeau trop cher attirera un certain type de population), etc. De manière générale, la pratique de l’incentive devrait se généraliser, quel que soit le type d’étude. C’est la seule façon de lutter contre la baisse tendancielle des taux d’acceptation des enquêtes sur échantillon.

Les résultats ne risquent-ils pas du coup d’être un peu faussés ?

Hugues Cazenave : Soyons clairs : il n’y a pas d’étude parfaitement neutre. Mais ne nous y trompons pas : ceux qui acceptent de répondre sans incentive ont également un profil un peu marqué : ils sont généralement âgés ou à la retraite, etc.”

Agés ou a la retraite comme les gros bataillons de l’électorat de Nicolas Sarkozy !!

Les amis de ses amis

Le Canard nous apprend également qu’ Hugues Cazenave a commencé sa carrière en 86 au cabinet de Gérard Longuet. Ce dernier a été, comme le monde est petit, beau frère de Bolloré (Longuet était aussi dans sa jeunesse un des fondateurs du mouvement d’extrème droite Occident).

Le Canard nous dit qu’Opinion Way a comme investisseur Alexandre Basdereff, grand pote de Juppé et Chirac, qui a misé 300 000 euros. Basdereff a également assuré la promotion des « pièces jaunes » et a dirigé sous Juppé le service d’information du gouvernement.

Dans la république des sondages de Sarkozy, même la concurrence est faussée. Quand ce n’est pas Opinion Way qui tire le premier, c’est CSA… propriété à 44% de … Bolloré !

// <![CDATA[// Version imprimable de cet article Version imprimable

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :